Retrouvez tous nos Conseils & Actualités

4 anecdotes sur la construction du Canal du Midi

Publié le : 07/04/2021 09:11:16
Catégories : Visites

4 anecdotes sur la construction du Canal du Midi

Le canal du Midi fait partie des constructions françaises des plus remarquables jamais créées encore en fonctionnement. Reliant Toulouse à l’étang de Thau, près de Sète, il s’étend sur plus de 240 kilomètres. Voici les dates pour se remettre dans le contexte : les travaux ont débuté en janvier 1667 et le canal a été inauguré le 15 mai 1681. L’ouverture du trafic a eu lieu en juillet 1684.

 

L’alimentation en eau du canal du Midi 

Depuis l’Antiquité, plusieurs projets de réalisation d’un canal reliant l’océan Atlantique à la mer Méditerranée ont été envisagés, sans pour autant être réalisés. En effet, cela représentait un véritable enjeu économique et politique : un tel canal éviterait aux bateaux de contourner la péninsule ibérique. Mais les projets finissent par être abandonnés car souvent plus utopiques que réalisables. En cause : l’alimentation en eau du dit canal. Les systèmes de dérivation des rivières des Pyrénées imaginés étaient impossibles à mettre en œuvre.

Mais en 1660, Pierre-Paul Riquet, fermier du Languedoc, trouve la solution au problème d’irrigation du futur canal du Midi. Malgré son manque de formation technique, il pratique l’expérimentation et l’observation du terrain, et, grâce à ses quelques connaissances sur l’hydrographie de la Montagne Noire, met au point un système d’irrigation ingénieux permettant de récupérer les eaux de la montagne dans un des barrages réservoir puis de les acheminer vers le seuil de Naurouze grâce à des rigoles.

Vous l’aurez compris, le seuil de Naurouze marque un arrêt indispensable dans votre périple à vélo le long du canal.

 

Le canal du Midi devait passer dans le centre Toulouse

Oui, oui ! Vous avez bien lu ! Le canal du Midi aurait dû passer près des anciens remparts et des boulevards de l’hypercentre de Toulouse : les boulevards Lazare Carnot, d’Arcole et la rue du rempart Saint-Etienne. Si Pierre-Paul Riquet a obtenu l’approbation du Parlement de Toulouse et des Etats du Languedoc, il a dû faire face à l’opposition des Capitouls, qui dirigeaient la ville.

Officiellement, le refus était dû à l’appréhension d’inondations de la ville. En réalité, les Capitouls étaient fâchés que ce-dernier échappe à leur juridiction. Le canal du Midi et ses berges étaient une seigneurie privée : celle de Riquet et ses descendants, sur ordre du Roi. Ils considéraient donc le projet comme une perte de pouvoir et d’autorité.

Les Capitouls ordonnent alors que le canal passe plus loin, à la limite de la juridiction de Toulouse, où leur autorité ne s’applique plus. S’en sont suivi des expropriations d’exploitations agricoles.

 

Le canal du Midi évitait Carcassonne

Le premier tracé de 1681 évitait Carcassonne, probablement pour des raisons financières. Le canal du Midi suivait la rivière Fresquel, à plusieurs kilomètres de la cité. Il fallut attendre 130 ans, le 31 mai 1810, le nouveau tracé permettant au canal du Midi de faire son entrée dans Carcassonne.

 

Le tunnel de Malpas construit en toute discrétion

Lorsque le chantier du canal du Midi atteignit la colline d’Ensérune, Pierre-Paul Riquet ne se trouva pas au bout de ses peines. Il devait faire face à un sol dur et une montagne en grès très friable, sujette aux éboulements. Le ministre Colbert fut rapidement alerté de la situation et s’en est suivi une interruption des travaux. La galerie venait d’être bouchée et le chantier déplacé. Les détracteurs de Riquet sont aux anges alors que le projet est menacé.

Les commissaires royaux viennent en visite pour décider de l’avenir du canal du Midi. Le chevalier de Clerville, architecte de Louis XIV, conseille alors à Riquet de traverser l’Aude, ce qui nécessitait l’interruption du trafic sur le fleuve.

Alors victime d’un complot, Riquet demanda à Pascal de Nissan, maître-maçon de continuer les travaux en secret, malgré les risques d’effondrements. En moins de 8 jours, le tunnel d’essai est percé. Riquet réussi à convaincre l’intendant de continuer le projet. Le chantier dura plus de 6 mois. Le tunnel vit le jour au printemps 1680, évitant ainsi une énième écluse.

Au total, le tunnel mesure 173 mètres de long, 6 mètres de larges, 8,5 mètres de hauteur et 30 arches soutiennent la voûte.

 

Restez connectés pour de nouvelles aventures avec Paulette !

Retrouvez-nous et partagez vos souvenirs sur Facebook et Instagram avec le #paulettebike. N’oubliez pas de nous mentionner : @paulettebike !

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)