Retrouvez tous nos Conseils & Actualités

5 anecdotes sur le Tour de France

Publié le : 15/07/2021 18:01:50
Catégories : Visites

5 anecdotes sur le Tour de France

Alors que le départ du Tour de France 2021 va être lancé, nous vous présentons 5 anecdotes de cette célèbre épreuve cycliste.

  

Top départ hors de France

Depuis 1954, le top départ du Tour de France a été donné 23 fois hors de France. Au total, 6 départs auront été lancés depuis les Pays-Bas (Amsterdam en 1954, Scheveningen en 1973, Leiden en 1978, Shertogenbosch en 1996, Rotterdam en 2010 et Utrecht en 2015), 5 depuis la Belgique (Bruxelles en 1958 et 2019, Charleroi en 1975, Liège en 2004 et 2012), 4 depuis l’Allemagne (Cologne en 1965, Francfort en 1980, Berlin en 1987 et Düsseldorf en 2017), 2 depuis le Luxembourg (Luxembourg en 1989 et 2002), 2 depuis l’Angleterre (Londres en 2007 et Leeds en 2014), 1 depuis l’Espagne (Saint-Sébastien en 1992), 1 depuis l’Irlande (Dublin en 1998), 1 depuis Monaco (Monaco en 2009) et 1 depuis la Suisse (Bâle en 1982).

En 2021, le Tour devait partir de Copenhague au Danemark. Mais à cause du Covid et suite au report de l’Euro 2020 de football où la capitale danoise est ville hôte, cette dernière a échangé sa place avec la Bretagne, désignée rampe de lancement du Tour 2022. En 2023, le Tour s’élancera de Bilbao, en Espagne !

Mais pourquoi faire commencer le Tour de France hors de France ? Dans un premier temps, cela représente une occasion de resserrer les liens avec les spectateurs internationaux et constitue également un coup publicitaire pour l’épreuve phare du cyclisme. L’organisation du départ hors de France comprend également un enjeu économique pour l’organisation du Tour car le droit d’entrée est plus élevé pour les villes étrangères. En contrepartie, ces dernières bénéficient de l’impact médiatique très important.

  

Départ fictif et départ réel

Le protocole de l’évènement distingue 2 départs : l’un est dit « fictif » et l’autre « réel ». Le premier est donné en ville le plus souvent et marque le début d’un défilé de quelques kilomètres. Sous les encouragements du public, les coureurs avancent à une allure modérée. Une fois en périphérie de la ville, le départ réel est lancé et les coureurs peuvent accélérer, s’échapper et se départager. C’est le début de la course à proprement parler. Contrairement à celui du départ fictif, le signal du départ réel est très codifié, demeurant le privilège du directeur de la course.

  

L’étape des assassins

Le 21 juillet 1910 à 3 heures 30 du matin, est donné le départ de la 9ème étape. Elle rentrera dans l’histoire du Tour de France comme l’une des plus difficiles jamais courues. Au total, c’est 326 kilomètres à travers les Pyrénées et plus de 5 000 mètres de dénivelé positif que les coureurs devront parcourir, en passant par les cols de Peyresourde, d’Aspin, du Tourmalet, du Soulor, de l’Aubisque et d’Osquich pour finir. Octave Lapize, franchi le col de l’Aubisque à pied. Une fois en haut et malgré son épuisement, il se tourne vers les organisateurs du Tour et leur crie « Vous êtes des assassins ! ». Il finit par remporter l’étape et arrive à Bayonne au bout de 14 heures et 10 minutes. Finalement, seulement 41 coureurs sur 110 finiront l’étape.

  

Eddy Merckx au Tour 1969

En 1969, Eddy Merckx, âgé de seulement 24 ans, entre dans l’histoire du Tour de France.

Il gagne son premier Tour avec 17 minutes et 54 secondes d’avance sur le second, Roger Pingeon. Une avance qu’il a forgé en grande partie lors de la 17ème étape entre Luchon et Mourenx le 15 juillet 1969. Il se présente sur la ligne de départ avec 4 victoires d’étapes à son actif, sur 6 au total. Il porte le maillot jaune et possède 8 minutes et 21 secondes d’avance sur le second au classement général. Mais il demande à son équipe d’accélérer. Il double son coéquipier, le néerlandais Martin Van Den, et passe le col du Tourmalet en tête. Il continue seul pendant 140 kilomètres, jusqu’à Mourenx où il arrive avec 7 minutes et 56 secondes d’avance sur le deuxième.

Au final, il prend le maillot jaune, le maillot vert, le classement de la montagne, celui de la combativité, celui du combiné et le classement par équipe. Autrement dit, il remporte tous les titres pour sa première victoire du Tour.

  

8 petites secondes

Le 23 juillet 1989, le français Laurent Fignon perdait le Tour de France au profit de l’américain Greg LeMond lors de l’ultime étape du Tour. On vous explique. Laurent Fignon portait le maillot jaune, il était donc à la première place du classement général avec 50 secondes d’avance sur Greg LeMond. Lors de la dernière épreuve, un contre la montre entre Versailles et Paris, le coureur américain a rattrapé son retard sur le français et l’a même devancé de 8 secondes, le plaçant sur la marche la plus haute du podium ! 8 petites secondes qui resteront à jamais gravées dans la mémoire de Laurent Fignon, qui avait remporté le Tour à deux reprises en 1983 et 1984.

  

Vous êtes constamment à la recherche de nouvelles aventures ? Restez-connectés !

Retrouvez-nous sur Facebook et Instagram ! Partagez vos souvenirs avec le #paulettebike et mentionnez-nous : @paulettebike !

  

Paulette est un réseau d’agences de vélos. Retrouvez-nous sur le Canal de Nantes à Brest, la Loire à vélo, la Vélodyssée, le Canal latéral à la Garonne, la Méditerranée à vélo et le Canal du Midi à Brest, Tours, Nantes, La Rochelle, Royan, Bordeaux, Sète, Béziers, Argelès-sur-Mer, Laroque des Albères, Narbonne, Carcassonne, Port Lauragais et Toulouse.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)