Retrouvez tous nos Conseils & Actualités

Le vélo au cinéma : les films incontournables !

Publié le : 03/09/2021 10:49:34
Catégories : Divers , Les recommandations de Paulette

Le vélo au cinéma : les films incontournables !

      

Il n’y a pas que dans la célèbre chanson d’Yves Montand que la bicyclette est mise à l’honneur. Elle a également sa place au cinéma ! Parmi les nombreux films ayant pour thématique le cyclisme, nous vous proposons, les films qui, selon nous sont incontournables. Amateurs, expérimentés, ou simples curieux peu importe votre âge vous trouverez un film que vous aurez envie de regarder !

     

    

 

   

Le gamin au vélo (2011)

Commençons par ce film de 2011 qui, derrière les apparences d’un simple garçon à vélo, traite d’un sujet bien plus profond. En effet, Cyril, bientôt 12 ans, n'a qu'une idée en tête : retrouver son père qui l'a placé provisoirement dans un foyer pour enfants. Ce film, s’il offre une légèreté et une certaine douceur, n’en reste pas moins émouvant. Mise en scène intimiste, naturelle, simple et réaliste, les frères Dardenne parviennent à créer des moments d’une justesse impressionnante desquels ressort une grande humanité.

  

Breaking away (1979)

Poursuivons avec un autre genre, cette fois-ci, un film américain teen movie mélancolique américain. A Bloomington, petite ville de l'Indiana, quatre adolescents issus de la classe ouvrière trompent leur ennui entre baignades dans une carrière abandonnée, bagarres et drague. L'un d'entre eux, passionné par le cyclisme et l'Italie, va participer à une course le mettant en rivalité avec des étudiants issus des milieux plus favorisés...  Un basculement s’opère entre des jeunes entre la fin de leurs années lycée et la course cycliste très bien réalisée, qui procure de l’adrénaline au téléspectateur. Film agréable à regarder.

   

Jour de fête (1949)

Le film le plus ancien de notre sélection relate une histoire se déroulant dans les années 1940.  Le facteur du village, lors d’une fête, assiste à la diffusion d’un documentaire sur les postiers américains qui utilisent tous les moyens qu’ils ont pour distribuer le courrier le plus rapidement possible. Ce documentaire retient son attention, et le facteur de ce village, joué par Jacques Tati (qui réalise également le film) décide de se lancer dans une tournée à l’américaine. 70 ans après sa première diffusion, l’originalité de l’histoire permet au film d’être agréable à regarder, même si certaines péripéties du facteur ne sont plus aussi drôles en 2021 qu’en 1949.

   

Les triplettes de belleville (2002)

L'idée de génie qu'eut madame Souza en offrant un vélo à son neveu alla bien au-delà de ses espérances. L'entraînement, une alimentation adaptée et le Tour de France n'était pas loin... La "mafia française" non plus qui, repérant le futur champion cycliste, l'enlève. Madame Souza, accompagnée de trois vieilles dames, les Triplettes, devenues ses complices, devra braver tous les dangers dans une course poursuite ébouriffante. Si le synopsis de ce film semble au premier abord un peu saugrenu, il s’agit bien d’un incontournable. En effet, ce film d’animation, presque dénué de parole qui n’empêche à aucun moment de comprendre l’histoire, brise les codes. Ambiance rétro, décors hors du commun et un humour notable sont les clés de la réussite de cette comédie signé Sylvain Chomet. Lors de cette représentation nostalgique du temps qui passe, le réalisateur y ajoute de nombreuses références culturelles telles que Charles Trénet, Django Reinhardt et une bande originale qui a valu à son auteur, Benoît Charest, le César de la meilleure musique de film.

      

Le vélo de Ghislain Lambert (2000)

Interprété par Benoît Poelvoorde, Ghislain Lambert, né le même jour qu'Eddy Merckx avec huit minutes d'écart, est, dans les années 70 un coureur cycliste belge dont l'ambition est de devenir un champion. Il parvient à intégrer une grande équipe mais comme porteur d'eau. Déterminé dans son rêve de victoire et de gloire sportive, Ghislain Lambert attend patiemment son tour. Ce film témoigne avec humour de l’envers du décor du cyclisme : la dureté du sport, l’adversité des concurrents, mais aussi du dopage.

    

La grande boucle (2013)

Suivez l’aventure humaine de François, un passionné du Tour de France. Licencié par son patron et quitté par sa femme, il part faire la Grande Boucle avec un jour d’avance sur les pros. D’abord seul, il est vite rejoint par d’autres, inspirés par son défi. Les obstacles sont nombreux mais la rumeur de son exploit se répand. Les médias s’enflamment, les passants l’acclament, le Maillot Jaune du Tour enrage. François doit être stoppé ! Les amateurs du Tour de France seront ravis de redécouvrir les paysages d’exceptions en même temps qu’ils suivront l’aventure de François. Un personnage joué par Clovis Cornillac très attachant, et plus généralement un film à la fois drôle et émouvant !

    

Wadjda (2012)

Partons maintenant en Arabie Saoudite où a été réalisé ce film. Nous suivons, Wadjda, douze ans qui habite dans la banlieue de Riyad. Bien qu’elle grandisse dans un milieu conservateur, c’est une fille pleine de vie qui porte jeans et baskets, écoute du rock et ne rêve que d’une chose : s’acheter le beau vélo vert qui lui permettra de faire la course avec son ami Abdallah. Mais au royaume wahhabite, les bicyclettes sont réservées aux hommes car elles constituent une menace pour la vertu des jeunes filles. Wadjda se voit donc refuser par sa mère la somme nécessaire à cet achat. Déterminée à trouver l’argent par ses propres moyens, Wadjda décide alors de participer au concours de récitation coranique organisé par son école, avec pour la gagnante, la somme tant désirée. Ce film nous amène dans un pays encore très peu exploité au cinéma et témoigne d’une histoire touchante pointant du doigt les droits des femmes dans ce pays sans pour autant être moralisatrice. La réalisatrice, Haifaa Al Mansour dresse le portrait d’une héroïne courageuse, drôle, attachante, pleine d’ambition, quitte à déroger aux règles établies dans son pays qui vous emportera avec elle, à la poursuite de ses rêves coûte que coûte.

     

The flying scotsman (2006)

The flying scotsman raconte une histoire vraie qui méritait d’être mise en lumière. En effet, le film retrace l'histoire de Graeme Obree, le coureur cycliste anglais qui a battu un record à l'aide d'un vélo fabriqué à partir de morceaux de machines à laver. C’était en 1993 et Graeme Obree devient champion du monde de poursuite grâce à son vélo fabriqué de toute pièce. Le film raconte comment il doit faire face à la fédération internationale du cyclisme qui modifie les règles lui interdisant d’utiliser son vélo lors des compétitions. Immiscez-vous dans la tête de cet Ecossais et sa performance technique.

     

Premier Rush (2012)

Wilee est sans doute le plus doué et le plus rapide des coursiers à vélo de New York. Son quotidien consiste à traverser la ville en tous sens en évitant les taxis qui foncent, les voitures, et huit millions de piétons…Pourtant, lorsqu’il prend en charge un mystérieux pli, le danger va être d’un autre genre. Certains sont prêts à tout pour s’emparer de ce qu’il transporte. Ce qui avait commencé comme une course express ordinaire va vite se transformer en un contre-la-montre mortel à travers les rues de Manhattan… Ce film américain vous plonge dans les rues de New York grâce à un scénario original qui promet des cascades à couper le souffle. La réalisation est telle que vous voyez la scène comme si vous y étiez à travers les yeux de l’acteur. L’immersion est complète et rend les scènes déjà rythmées encore plus impressionnantes et la tension palpable extrêmement réaliste.

 

Si ce film vous attire, le festival Tous en Selle, le festival de films dédiés au vélo, se tiendra le vendredi 17 et le samedi 18 septembre au Grand Rex à Paris. Le film « Coursiers, héros urbain » est sur la même thématique. Retrouvez tout le programme ici.

     

La petite reine (2014)

Julie, vedette du cyclisme, est à deux courses de gagner la Coupe du monde. C'est l'aboutissement d'années d'effort. Julie aime les projecteurs. Son entourage aussi. Encouragée par son entraîneur et son médecin, elle se dope depuis l'âge de 14 ans. Quand son docteur la dénonce, elle réussit à étouffer l'affaire, mais mesure l'ampleur du gâchis... Abus. Mensonge. Trahison. Prise dans un engrenage qui la dépasse, va-t-elle réussir à trouver une porte de sortie ? Un film sur le dopage à propos du cyclisme féminin est une thématique peu exploitée, qui fait de La petite reine un film très intéressant pour ceux qui veulent connaitre davantage les dérives du cyclisme. Un film complet, qui traite à la perfection le dopage et les nouvelles techniques de triche en témoignant de l’histoire d’une jeune femme sous l’emprise de son entraineur depuis l’adolescence.

    

Le petit plus !

    

Le documentaire : The Amstrong lie (2013)

Quatre ans après sa retraite sportive, Lance Armstrong entreprend un come-back dans le but de remporter un huitième Tour de France. Avec sa caméra, Alex Gibney filme les coulisses de ce retour improbable et dresse un portrait fort de ce Texan. Au travers d’interviews exclusives avec l’ancien leader de l’US Postal mais aussi ses anciens coéquipiers et le sulfureux Dr Michele Ferrari, imminence grise du système Armstrong et d’images d’archives, Gibney dévoile la double personnalité du natif de Dallas : entre cycliste exceptionnel régnant sur le monde de la Petite Reine et parrain du plus grand système de dopage du sport moderne, tout en soulevant la question du dopage dans le monde du sport. L’histoire fascinante et inquiétante d’un homme qui voulut être roi et finit paria. C’est un documentaire remarquablement bien fait qui relate l’histoire de l’homme vainqueur de nombreux Tour de France qui a menti au monde entier.  Ponctué de témoignages de cyclistes, ce documentaire enrichi le film The Program précédemment réalisé sur le même sujet. Conseillé à tous ceux qui veulent connaitre les dessous de cette histoire.

    

La série : Movistar (Netflix 2020)

Les yeux rivés sur la victoire, l'équipe de cyclistes professionnels Movistar entame un parcours semé de défis, scandales et conflits internes. Suivez la 40ème saison de l’équipe Movistar à travers une série de plusieurs saisons avec des épisodes d’une vingtaine de minute.

    

La philosophie du vélo aux Pays-Bas : Why we cycle (2017)

Pourquoi roulons-nous à vélo ? Pour les Néerlandais, le vélo est aussi naturel que la respiration. On n'y pense pas, on le fait, c'est tout. A travers le film Why we cycle, des habitants et des spécialistes de différentes disciplines explorent les effets du vélo sur eux-mêmes et sur la société, révélant des bienfaits insoupçonnés. Dans Why we cycle, nous voyons des gens de tous âges. Nous voyons des enfants faire leurs premières balades seuls, nous voyons des adolescents aller au lycée, nous rencontrons des gens qui utilisent leur vélo pour se rendre au travail – et qui se déplacent à vélo dans le cadre de leur travail – et nous voyons des gens faire du vélo dans leur vieil âge pour rester en bonne santé. Nous les voyons dans toutes sortes de régions, dans plusieurs villes des Pays-Bas, de jour comme de nuit et par mauvais temps également. Parce que les cyclistes sont ouverts à leur environnement et aux autres cyclistes, la vie urbaine a tendance à être plus ouverte et les règles de circulation sont moins strictes. La confiance entre les gens s'accroît au fur et à mesure qu'ils pédalent. Le vélo permet aussi aux enfants d'être heureux et libres d'aller où bon leur semble. Why We Cycle montre sous de nombreux angles différents pourquoi l'usage du vélo est si populaire aux Pays-Bas. Parler des raisons pour lesquelles nous faisons du vélo nous amène à embrasser des questions plus vastes, à l'échelle de la société.

     

Restez connectés pour de nouvelles aventures avec Paulette !

Retrouvez-nous et partagez vos souvenirs sur Facebook et Instagram avec le #paulettebike. N’oubliez pas de nous mentionner : @paulettebike !

 

 

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)